CR - DICSDAR- CNESER : informations

, par  Secrétariat BL , popularité : 28%

Récentes élections au CNESER,
à la CAP CR INRA
et au Conseil de Gestion DICSDAR INRA

CNESER = Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche / CAP = Commission Administrative Paritaire / CR = Chargé de Recherche (CRCN : CR Classe Normale – CRHC : CR Hors Classe) / DICSDAR = Direction de l’Immobilier et de la Coordination des Services Déconcentrés d’Appui à la Recherche.

La CGT-INRA remercie les collègues de l’Institut qui ont porté leurs suffrages sur notre syndicat dans ces élections :
• Avec 17,8% des suffrages exprimés sur le total Enseignement Supérieur et Recherche, la FERC-CGT garde ses 7 sièges au CNESER et une camarade chercheuse de la CGT-INRA est élue suppléante dans le collège chercheurs EPST.
• Avec 41,2% des suffrages exprimés en Chargés de Recherche, la CGT-INRA gagne un siège par rapport au scrutin précédent de 2015, en obtenant 1 siège en CRCN et 1 siège en CRHC, tout comme la CFDT (48,2%). La CFTC n’obtient aucun siège (10,6%). SUD n’avait pas présenté de liste.
=> Les élus CGT-INRA y porteront l’exigence que cette CAP fonctionne vraiment comme une CAP, émettant des avis sur les avancements à l’instar de celles des ITA… et de de celles de l’IRSTEA.
• Avec 41,4% des suffrages exprimés au conseil de gestion de la DICSDAR, la CGT-INRA obtient 3 sièges, la CFDT en obtenant 5 (58,6%). Aucun élément de comparaison n’est possible avec des élections précédentes.
=> Les élus CGT-INRA entendent être un appui concret pour les collègues qui sont en 1ère ligne dans le processus de fusion INRA-IRSTEA, et notamment pour que rien ne soit définitivement figé avant la création du nouvel institut, et que les agents puissent au final obtenir les postes qu’ils souhaitent, et non être forcés d’accepter celui qu’on leur a désigné via la pré-affectation individuelle.

Mais ces résultats sont alarmants pour la démocratie en raison d’un taux de participation qui témoigne d’une désaffection profonde des personnels pour ces processus électoraux.
Avec 29% de votants dans les EPST et encore moins (18%) dans les universités, c’est au total près de 8 personnels sur 10 de l’Enseignement supérieur et de la Recherche qui n’ont pas été voter pour élire des représentants au CNESER.
On pourrait invoquer la méconnaissance généralisée du CNESER parmi les personnels. Mais pour la CAP INRA des chargés de recherche, plus proche de nous, le taux de participation a chuté de 7,8% entre 2015 et 2019, passant de 53,3% à 45,5%. Malgré l’instauration du vote électronique encensé par certains, les élus l’ont donc été par moins d’un chargé de recherche sur deux. Ce n’est guère mieux pour les personnels de la DICSDAR (53,7% de votants).

On peut comprendre que les personnels puissent se poser la question de l’intérêt de ces instances censées les représenter alors que Ministères et PDGs s’assoient systématiquement sur leurs prises de position comme on vient de le voir concrètement avec la fusion INRA-IRSTEA dont le projet de décret avait pourtant été largement rejeté par le CNESER.

Pour la CGT-INRA, l’action dans les instances n’a de sens que combinée à l’action directe sur les revendications, comme nous avons su collectivement le faire tant pour obtenir le maintien des 30 jours de congés que pour l’application d’un RIFSEEP non individualisé.

La proportion considérable de personnels n’ayant pas voté aux dernières élections alors qu’ils ont montré qu’ils étaient largement disponibles et impliqués pour ces mobilisations revendicatives nous incite fortement pour l’avenir à investir notre temps et notre énergie dans l’organisation de mobilisations payantes plutôt qu’à participer à des réunions de salon sans lendemain. Rejoignez-nous pour y contribuer !

Solidaires, déterminés, engagés : Rejoignez la CGT !