Elections au CNESER du 6 au 13 juin

, par  Secrétariat BL , popularité : 18%

Election des représentants des personnels au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER)

Vote électronique ouvert du 6 juin 2019 à 14h au 13 juin 2019 à 14h (heure de Paris). Le site de vote sera accessible 24h/24, 7 jours/7, via n’importe quel ordinateur connecté à internet pendant la période de vote. Si ce n’est pas déjà fait, pensez à récupérer l’enveloppe contenant l’adresse pour accéder à la plateforme électronique de vote ainsi que vos identifiants individuels de vote auprès de votre GU contre émargement. N.B. : En cas de perte de votre pli individuel de vote, vous pourrez demander la réattribution de vos codes d’accès jusqu’à la veille de l’ouverture du scrutin, soit le 5 juin 2019 à 16h au plus tard. Aucun code d’accès ne sera attribué après cette date.

Pour cette élection, la CGT-INRA appelle à voter pour la liste FERC-CGT.
Pour accéder au bilan des actuels élus CGT : voir lien plus bas // Pour accéder à la liste des candidats (dont 2 sont agents de l’INRA) et à la profession de foi CGT : voir lien plus bas.
Extraits :
" Le « programme de transformation de la Fonction publique » qui doit être
discuté au parlement prochainement, ouvre la voie au transfert de missions de service public au secteur privé
, prévoit de réduire l’emploi de fonctionnaires au profit de l’emploi de contractuels, et de bouleverser la fonction publique en la gérant suivant les règles du privé, en soumettant totalement les agents à leur hiérarchie.
Pour la recherche, la perspective pour les personnels non statutaires, c’est le contrat de mission pour toutes les catégories, chercheurs, ingénieurs et
techniciens sans perspective d’emploi stable !

Au CNESER, les représentants CGT ont réussi à imposer des débats sur les
enjeux de la recherche publique, malgré des oppositions initiales. Nous
sommes ainsi à l’origine de la création d’une commission dont le travail a
porté sur : les conséquences de la structuration de l’ESR par le Programme
d’Investissement d’Avenir (PIA) ; les largesses du Crédit Impôt Recherche (CIR)
à l’égard du secteur privé ; les conséquences des appels à projets (ANR,
Europe) et leurs coûts.
Avec la mise en place des structures financées par le PIA (Idex, I-Site,
regroupements dans des grands établissements universitaires), le
gouvernement a créé un dispositif de régionalisation de l’enseignement
supérieur et de la recherche. Celui-ci met en cause l’existence des organismes nationaux de recherche et vise à mutualiser les personnels Ingénieurs et techniciens. La CGT s’est opposée à ces restructurations. Elle défend la mission nationale de la recherche publique. Nous dénonçons la disparition programmée pour 2020 de l’IFSTTAR, organisme national de recherche, dans le futur établissement universitaire Gustave Eiffel, ainsi que la fusion de l’IRSTEA et de l’INRA.

Nos laboratoires de recherche manquent cruellement de crédits récurrents
indispensables à une recherche répondant à l’avancement de la connaissance et au développement de la société. Les appels à projets ont eu pour conséquence l’explosion de la précarité, laquelle déstabilise les laboratoires et les services, et dégrade les conditions de travail de tous.
Le projet de loi de transformation de la fonction publique attaque
frontalement le statut de fonctionnaire, les missions et l‘emploi public.
Et c’est dans ce contexte que le gouvernement met en place une pseudo-consultation sur son projet de loi de programmation de la recherche....

Pour :

  • un service public national d’enseignement supérieur et de recherche laïc, gratuit, démocratique et émancipateur ;
  • le renforcement des organismes nationaux de recherche et de leurs missions ;
  • un engagement financier de l’État qui permette un retour aux financements pérennes de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Publique (ESR) ;
  • la création d’emplois statutaires, la titularisation des contractuels sur postes pérennes et l’augmentation du point d’indice et des primes.

La CGT revendique :

  • la suppression du crédit impôt recherche qui n’est qu’un outil d’optimisation fiscale ;
  • l’augmentation des crédits récurrents des laboratoires de recherche par le transfert des crédits du PIA et de l’ANR aux organismes de recherche ;
  • des missions de recherche publique assurées par des personnels titulaires de la Fonction publique ;
  • la résorption de la précarité par la mise en place d’un plan pluriannuel de créations d’emplois statutaires ;
  • l’augmentation annuelle du point d’indice ;
  • l’augmentation des primes fixes qui sont les plus basses de la fonction publique ;
  • la revalorisation des carrières et des rémunérations de l’ensemble des personnels de la recherche.

Votez, faites voter pour la liste FERC-CGT !