Réunion du Comité Technique INRA du 27 septembre 2019

, par  Secrétariat SF , popularité : 15%

Déclaration liminaire CGT-INRA

La CGT-INRA se félicite de la mobilisation des salariés ce 24 septembre et de la mobilisation de la RATP contre la réforme des retraites. Nous souhaitons qu’un grand mouvement s’engage contre la mise en place d’un système universel de retraite par points, qui aboutirait à liquider les différents régimes spéciaux, incluant notre Code des pensions des fonctionnaires. La remise en cause du calcul du montant de la pension sur le traitement indiciaire des 6 derniers mois avant la retraite pour y substituer un calcul sur toutes les années travaillées, incluant celles plus faiblement rémunérées, aboutira à un effondrement des pensions pour tous. Cette baisse généralisée des pensions serait encore renforcée par un blocage des dépenses pour nos retraites à 14% du PIB alors que le nombre de personnes concernées augmentera ! Le régime par répartition est donc bien menacé. Par cette réforme, le gouvernement voudrait aussi que les salariés qui en ont les moyens placent leur épargne dans des produits financiers, qui seront eux-mêmes ensuite placés en bourse. Placements qui se volatiliseront à la prochaine crise financière. Rappelons que de l’argent pour nos retraites, il y en a puisqu’actuellement le régime est à l’équilibre et que la France reste de loin le plus grand payeur de dividendes aux actionnaires en Europe avec 51 milliards d’euros distribués pendant le seul second trimestre 2019.
Sur un autre plan, le document social 2018 qui nous sera présenté lors de ce CT, démontre une situation de l’emploi désastreuse à l’INRA, alors même que les enjeux écologiques et agronomiques n’ont jamais été aussi importants, comme le rappelle le rapport du GIEC rendu public cette semaine. L’INRA a perdu 11% de ses effectifs permanents (en ETP) depuis 2000 et 30% de ses techniciens. Pire, les recrutements en Chargés de Recherche ont chuté de 63% ! Nos salaires sont logés à la même enseigne avec une perte cumulée de pouvoir d’achat de 16% depuis 2000 soit 400 € pour un salarié de la catégorie B ! Pour la CGT-INRA, la solution est bien l’augmentation généralisée de la valeur du point d’indice et non l’augmentation de la part indemnitaire, comme le suggère le rapport du Groupe de travail sur "Attractivité́ des emplois et des carrières scientifiques". Enfin, la précarité et la souffrance au travail explosent dans nos unités. Le recours accru aux personnels en CDD ne s’accompagne au contraire d’aucune amélioration significative de leurs conditions de travail. En particulier, nous protestons une nouvelle fois contre votre façon d’appliquer la loi Sauvadet au sein de l’institut. Vous avez encore refusé deux cas de renouvellement de CDD, alors même que leur renouvellement ne les rendait pas éligibles à la loi Sauvadet. Ce zèle met en difficulté les précaires et met en danger des projets de recherche, et ironiquement dans le cas présent les projets concernent l’adaptation au changement climatique...
Enfin, la CGT-INRA est toujours opposée à la fusion avec l’IRSTEA qui entrera en vigueur au 1er janvier. Nous avons maintenant la preuve que cette fusion, faite dans la précipitation et sans réel dialogue social, sera une fusion "low cost", tendant à infléchir les recherches du nouvel Institut vers l’innovation et l’appui aux politiques publiques. L’augmentation de la dotation des unités ex IRSTEA pour rattraper celle des unités INRA se fera par une diminution des dotations des unités INRA, par une baisse des dotations propres des départements, ou par des suppressions de postes soi-disant en "doublons". A Rennes, pour accueillir les agents IRSTEA, l’administration propose même de supprimer le local syndical... c’est tout un symbole vous en conviendrez. Les salariés sont inquiets sur de nombreux sujets, la prise en compte des astreintes, les cycles de travail et les congés, la gestion des frais de déplacement, les points de sujétion par exemple. Vous avez promis que cette fusion se ferait selon la règle du "mieux disant social", vous pouvez compter sur la CGT-INRA pour vérifier point par point si vous respecterez cette promesse.