Prime : La Direction passe en force - Mobilisons-nous !

, par  Secrétariat BL , popularité : 43%

Suite à l’entrevue entre direction générale et organisations syndicales, nouvel appel à la mobilisation des syndicats CGT, SUD et FO :

Une prime qui met à mal nos collectifs
Le choix de la Direction Générale (DG) de verser de façon totalement inégalitaire et dans la précipitation une prime (dans le cadre du Complément Individuel Annuel - CIA) en décembre a provoqué beaucoup de colère au sein de l’INRAE. Lors de deux comités techniques (CT), les organisations syndicales s’étaient unanimement opposées à la modification de la Note de service n° 2017-54 sur le régime indemnitaire (RIFSEEP). Malgré cette opposition unanime, la DG a décidé l’octroi d’une prime fin décembre avec un plancher de 400 €, des plafonds différenciés selon les grades et une interdiction stricte d’une répartition égalitaire entre collègues d’une même unité. La DG a menacé ensuite les unités remontant des primes réparties égalitairement de ne recevoir aucune prime. Tout ce processus est en totale rupture avec les promesses du président Philippe Mauguin qui en 2017 s’était engagé à ne pas revenir sur les modalités spécifiques d’application du RIFSEEP à l’INRAE, après la forte mobilisation du personnel.
Une mobilisation importante du personnel
En novembre, le personnel INRAE s’est de nouveau largement opposé au CIA à la tête du client. Déjà plus de 2 000 salarié-es ont signé la pétition intersyndicale. De nombreuses assemblées générales ont eu lieu sur les centres ou dans les unités. Des prises de position contre le CIA ou pour une répartition égalitaire de celui-ci ont été prises dans de nombreuses unités, centres ou instances (CHSCT, Conseil de centre, Comité technique...). Nous avons collecté toutes ces prises de positions argumentées (25 pages en tout).
Les remontées des directrices et directeurs d’unités
Les directrices et directeurs d’unités ont eu 10 jours pour remonter des listes d’agents dans la précipitation, alors même que la note de service n’était pas parue. Malgré la pression de la hiérarchie, 15% des unités ont fait remonter une liste avec une prime égale pour toutes et tous. Une majorité des unités ont fait remonter des listes « arrangées » qui ne suivent pas les recommandations de la DG : système de rotation pour que tous les agents d’une même unité puissent recevoir la prime en 3 ou 4 ans (alors même qu’il n’y aucune garantie de reconduction au même niveau), tirage au sort, retrait des catégories A de la liste des bénéficiaires…. au final, 80% des DU sont mécontent-es du processus. En urgence tous les syndicats ont alors sollicité une rencontre avec la présidence qui ne s’est finalement tenue que le 26 novembre.
Rencontre avec la direction générale
Le PDG nous a affirmé être conscient de la sensibilité du sujet qui crée de la tension dans l’établissement, suscite beaucoup de questions et contestations. La DG a reconnu la colère des salarié-es autour de la distribution de cette prime inégalitaire et l’existence d’une fronde des DU. Mais elle refuse de reculer sur une prime qui menace pourtant les collectifs de travail en désunissant les équipes. Finalement, selon la direction, 2/3 des agents ne toucheront pas la prime et les agents des unités et des centres qui ont demandé le versement d’une prime égalitaire ne recevront aucune prime fin décembre. En sanctionnant ces unités la DG fait du zèle autoritariste, car rien, ni dans la note de service ni dans les textes législatifs, n’empêchait une distribution égalitaire de la prime.
Nous appelons tous les personnels à rejoindre la mobilisation !
• Les syndicats de l’INRAE sont solidaires des unités sanctionnées et exigent que la décision des directions d’unités d’accorder des primes égales pour tous leurs ITA soit respectée par le PDG
• Nous exigeons l’abrogation de la note de service n° 2021-66 et l’ouverture de négociations sur sa réécriture
• Plus largement, nous refusons l’individualisation accrue des rémunérations
• Nous appelons les agents des unités sanctionnées à se rapprocher d’organisations syndicales pour faire respecter nos droits en saisissant le Tribunal Administratif
• La sous-rémunération du personnel de la recherche publique ne se résorbera pas des « primes », individualisées et à la tête du client ;
• Nous invitons tous les personnels ne l’ayant pas encore fait à signer et relayer la pétition intersyndicale
• Nous appelons tous les personnels à se mobiliser le 30 novembre à 11h30 devant les présidences de centre et àde 8h30 à 9h30 devant l’amphithéâtre du Centre IdF -Versailles-Grignon, lieu du Comité Technique de l’INRAE
• Un préavis de grève a été déposé pour couvrir les personnels qui souhaiteraient se mobiliser sous cette forme.