POUR LA DÉFENSE DE NOS RETRAITES ET DES SERVICES PUBLICS, POUR NOS SALAIRES ! PREPARONS ENSEMBLE LA GREVE A PARTIR DU 5 DÉCEMBRE !

, par  Secrétariat BL , popularité : 21%

Le 28ème congrès de la CGT-INRA, réuni du 8 au 11 Octobre 2019, s’adresse aux salariés de l’INRA de toutes catégories, titulaires comme non titulaires :

Le 28ème congrès de la CGT-INRA, réuni du 8 au 11 Octobre 2019, s’adresse aux salariés de l’INRA de toutes catégories, titulaires comme non titulaires :
Macron vient de confirmer à Rodez que c’est bien un changement de société qu’il veut mettre en œuvre avec le remplacement de la solidarité et des garanties collectives par l’individualisation à tous les niveaux !
-  Le gel de nos salaires accentuera la perte de notre pouvoir d’achat qui a déjà plongé de 16% depuis 2000. Cela suffit !
-  La loi de transformation de de la Fonction publique, adoptée durant l’été, vise à liquider notre statut, en retirant les prérogatives de nos CAP en matière d’avancements et mobilités, en faisant disparaitre les CHSCT, en généralisant le salaire au mérite et en accentuant encore la précarisation comme seul « avenir » pour les jeunes, techniciens comme chercheurs.
-  Le nombre de titulaires de l’INRA est déjà passé de 8264 à 7584 (en Equivalents Temps Plein Travaillés- ETPT) entre 2009 et 2018, soit – 680 ETPT titulaires en moins en 10 ans ! L’INRAe issu de la fusion INRA+IRSTEA se profile déjà largement comme un institut « low cost » en termes d’emplois de titulaires comme de budget de recherche pour les unités.
Là-dessus, arrive la « réforme » des retraites visant à instituer un régime universel par points en supprimant notre régime de pensions des fonctionnaires, le Code des pensions civiles et militaires. Avec une vision purement financière des retraites consistant à plafonner les pensions à 14% du Produit Intérieur Brut, ce qui ne peut que mécaniquement conduire à une réduction des pensions pour tous, retraités actuels comme futurs. Nul besoin non plus de longues démonstrations techniques pour comprendre qu’un calcul du montant de la pension sur l’ensemble des années travaillées, incluant les faibles rémunérations, au lieu d’un calcul sur le traitement indiciaire des 6 derniers mois où le salaire est généralement le plus élevé, ne peut que faire fondre cette pension. Et en particulier pour les femmes et ceux qui ont subi des périodes de chômage. Le but : nous faire travailler plus longtemps ou nous forcer à « capitaliser » pour le plus grand bénéfice des assurances et banques.

STOPPER CETTE « REFORME », C’EST POSSIBLE, ET C’EST MAINTENANT !

Nous savons que beaucoup d’entre nous, au vu de l’échec des mobilisations et grèves à répétition de ces dernières années se posent la question : peut-on y arriver ? Peut-on faire reculer ce gouvernement ? Peut-on y arriver sans être tous ensemble à paralyser le pays ?
Notre congrès considère que la grève massive à la RATP le 13 septembre (plus de 90% de grévistes), suivie de la décision des syndicats de la RATP et des transports de partir en grève illimitée à compter du 5 décembre si le gouvernement Macron ne retire pas sa réforme des retraites, ouvre la possibilité de se retrouver enfin tous ensemble, public et privé, d’empêcher la destruction de notre système de retraites.
Nous proposons aux autres syndicats de l’INRA et de l’IRSTEA d’appeler ensemble à des assemblées générales en Octobre et Novembre dans tous les centres et sites des deux instituts, pour en discuter et décider des moyens à mettre en œuvre afin que le 5 décembre puisse effectivement être le point de départ d’une grève interprofessionnelle et reconductible et d’actions de blocage ou d’occupation pour gagner :
• Le retrait du projet Macron-Delevoye de régime universel par points
• Le maintien et l’amélioration des 42 régimes de retraite dont le Code des pensions civiles et militaires
• L’abandon de l’âge-pivot et de tout nouvel allongement de la durée de cotisation
• La suppression des exonérations de cotisations patronales

INFORMEZ-VOUS, REJOIGNEZ-NOUS, AGISSONS ENSEMBLE POUR DEFENDRE NOS RETRAITES !

Appel adopté à l’unanimité moins 4 abstentions. Version imprimable ci-dessous.