Manifestations et grève interprofessionnelle le 4 février 2021

, par  Secrétariat SF , popularité : 35%

Alors que la LPR annonce déjà ses impacts négatifs sur l’emploi statutaire dans nos unités, et prétend rapprocher la recherche publique du secteur privé, les services de recherche et d’innovations sont également frappés dans les grands groupes, par les restructurations et les licenciements les abandons au secteur financier. Restructurations chez Danone, Sanofi, Engie, EDF, SNCF,… Tout cela met à mal les capacités d’invention et de développement du pays. Parallèlement, nos services publics manquent cruellement de postes statutaires et de moyens de fonctionner à l’université, à l’école, à la poste, à l’hôpital, l’ONF, dans les transports, dans les services territoriaux… Nous perdons ainsi des compétences, et la France doit de plus en plus se retourner vers les marchés internationaux pour satisfaire aux besoins de la population. En contradiction avec l’appétit des actionnaires, la transition écologique est en panne.

Ces pertes d’emplois s’accompagnent d’une dégradation toujours plus forte sur les garanties collectives, les salaires. Dans la fonction publique nos carrières restent ensablées, la précarité explose partout, dans tous les secteurs.

Et cela tandis que le gouvernement ne cesse de déverser les subventions, crédit d’impôt recherche, sans aucun contrôle des critères d’utilisation, et laisse les grands groupes distribuer les dividendes à des fortunes déjà gavées.

Au cours du mois de janvier, de nombreux secteurs ont manifesté leur mécontentement sur le fond d’une situation sanitaire qui elle aussi révèle les conséquences de ces politiques menées contre le travail. Le 26 janvier, nous manifestions pour défendre le service public de l’enseignement, de la recherche.

Le 4 février prochain, la CGT-INRAE appelle tous les agents à s’organiser et à se mettre en grève et manifester, avec toutes les professions, à l’appel de l’intersyndicale CGT, FSU, Solidaire s, ainsi que les organisations de jeunesse FIDL, MNL, UNEF et UNL, pour unir nos exigences et rassembler nos forces.