GEVES : déclaration au CS INRA

, par  Secrétariat BL , popularité : 42%

Situation au GEVES :
(Groupe d’Etude et de contrôle des Variétés Et des Semences)
Déclaration au Conseil Scientifique de l’INRA
16 mai 2019

La déclaration suivante a été faite ce jeudi 16 mai 2019 à l’occasion de la réunion du Conseil Scientifique de l’INRA, au nom des représentants élus sur une profession de foi soutenue par la CGT. Elle sera jointe au PV de la réunion.

« Ce jeudi 16 mai et pour la première fois de son histoire intimement liée à celle de l’INRA, le GIP GEVES connait une journée de grève et de mobilisation d’une grande partie de son personnel, aussi bien agents GIP qu’INRA, pour preuve de son incompréhension, de son sentiment d’injustice et d’inconséquence, et de sa détermination à s’opposer aux sanctions prises par sa Direction à l’encontre de deux de ses ingénieurs en informatique.
Tous deux acteurs incontournables du développement et de la valorisation interne et externe des systèmes d’information du GEVES depuis le début des années 90, reconnus pour leur professionnalisme et leur dévouement par leurs collègues et leurs anciens supérieurs hiérarchiques, l’un responsable des systèmes et réseaux, l’autre administrateur des bases de données et responsable des développement, sont frappés par une mesure de mutation forcée vers une unité INRA pour le premier, par un licenciement pour faute pour le second.
Ces mesures extrêmes prises par la Direction du GEVES sur des arguments frisant l’argutie - mauvais état d’esprit, opposition délibérée aux changements, actes d’insubordination et d’indiscipline - meurtrissent l’ensemble du personnel et ébranlent durablement la motivation, la passion que chacun porte à son travail et la confiance en l’avenir du GEVES.

En tant que délégués des personnels au CS de l’INRA, nous soutenons évidemment la mobilisation des personnels du GEVES, de leurs collègues des centres INRA solidaires et des militants syndicaux impliqués dans leur démarche. Nous tenons à rappeler que les activités d’expertise nationale et supranationale, d’évaluation des variétés et d’analyse des semences, de recherche et développement méthodologique, de formation et d’information, de soutien à la filière et aux politiques publiques conduites au GEVES par des acteurs compétents et volontaires dont plus de la moitié sont des personnels de l’INRA, participent indéniablement à la qualité et la reconnaissance de la recherche agronomique française publique et privée dans et hors nos frontières.
Nous insistons sur les conséquences à court et moyen terme de l’éviction de ces deux agents sur la plupart des processus internes au GEVES, sur la maintenance complexe des équipements d’une organisation décentralisée et reposant de plus en plus sur des webservices, sur des bases de données riches et des développements orientés métiers. Nous rappelons que le GEVES, notamment par le biais de la qualité reconnue de ses systèmes d’information, est partie prenante de multiples organisations, programmes et plateformes technologiques du monde des variétés et des semences, et que la perte de ces compétences reconnues et difficiles à reconstituer génèreront, a minima des retards et des blocages dans la réalisations des missions et des projets, au pire une discréditation potentiellement contagieuse et la perte d’équilibres financiers dans un système concurrentiel au niveau européen.

La direction de l’INRA, et singulièrement son PDG, ne peuvent esquiver ces questions. Le président du GEVES est un des directeurs scientifiques de l’INRA, et l’Institut est donc totalement impliqué dans le fonctionnement du GEVES. La direction de l’INRA doit se rendre compte de l’émoi causé par ces sanctions, qui amène nombre d’agents INRA à demander symboliquement la fin de leur mise à disposition et des agents GIP à demander symboliquement leur intégration à l’INRA. »

Version imprimable ci-dessous.
Communiqué précédent : https://inra.ferc-cgt.org/une-affaire-sans-precedent-fragilise-le-geves