CORONAVIRUS - Prendre toutes les mesures de protection des salariés de l’INRAE, titulaires ou non

, par  Secrétariat SF , popularité : 37%

L’ampleur de la pandémie de coronavirus à l’échelle planétaire est une certitude, confirmée par l’Organisation Mondiale de la Santé. En France, elle continue de se propager, le stade 3 a été déclaré, et nous sommes encore loin du niveau maximum. Pourtant, les urgences hospitalières sont déjà saturées, les agents hospitaliers épuisés par un travail harassant de 7h à minuit. Il faudra, le moment venu, poser les lourdes responsabilités des gouvernements successifs qui ont considérablement affaibli notre système de santé par leur politique ultra-libérale de rentabilisation de l’hôpital public, avec fermetures massives de lits et refus d’embauche des personnels nécessaires. On peut en mesurer les conséquences avec la saturation trop rapide des moyens de dépistages et surtout le manque tragique de lits en réanimation qui ont largement été fermés.
Mais l’urgence aujourd’hui est de garantir les droits des salariés, comme du reste de la population, afin de préserver leur santé. Ce dimanche, la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) s’est adressée aux PDG des EPST et aux Présidents d’Université en annonçant « fermer toutes les activités ouvertes au public, privilégier le télétravail pour les laboratoires de recherche, le report des élections universitaires, le report des examens nationaux et des concours ». Depuis le PDG de l’INRAE s’est adressé aux agents de l’Institut et une réunion a été convoquée ce lundi après-midi avec les organisations syndicales. Voilà ce que la CGT-INRA y a défendu, et en rouge les réponses de la direction :
voir document intégral