49.3 ou pas, on ne lâchera pas !

, par  Secrétariat SF , popularité : 53%

Profitant d’un conseil des ministres extraordinaire lié à la situation sanitaire, Macron et son premier ministre E. Philippe passent en force la réforme des retraites à coup de 49.3, lui évitant tout vote à l’Assemblée Nationale.

Le gouvernement continue d’utiliser tous les moyens autoritaires dont il dispose pour faire passer une réforme injuste, rejetée par la majorité de la population. Les personnels de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur sont particulièrement concernés car ils seraient parmi les plus touchés par la baisse importante de leur pension, tant les précaires avec des carrières hachées que les titulaires en supprimant le calcul sur les 6 derniers mois. Ceci ne pouvant être compensé par les primes au mérite pour certains personnels promis par la LPPR de Mme Vidal.

Retrait pur et simple du système à points ! Abandon de la LLPR Vidal !

C’est ce que nos organisations continuent à exiger, avec la masse des personnels. Des centaines de motions ont été adoptées ces dernières semaines dans les universités et les laboratoires de recherche, incluant ceux de l’INRAE, pour exiger à la fois le retrait du projet sur les retraites et l’abandon de la LPPR, montrant le lien direct entre ces deux projets qui visent à précariser et individualiser nos droits

CGT, SUD et FO de l’INRAE appellent les personnels INRAE à rejoindre les rassemblements appelés par l’intersyndicale confédérale (CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL et UNEF) dès ce lundi 2 mars, et les manifestations organisées le mardi 3 mars, y compris par le recours à la grève, au moment de ce passage en force au parlement, afin de signifier massivement le rejet de ce texte.

CGT, SUD et FO de l’INRAE appellent à amplifier la tenue des conseils de service, des réunions d’unité, des assemblées générales de centre pour s’engager dans la préparation de l’action initiée par la coordination nationale des facs et labos en lutte : l’Université et la Recherche s’arrêtent à compter du 5 Mars !

Voir en ligne : Une seule réponse s’impose, la mobilisation !